Contact - Augmenter les salaires, pas l'âge de la retraite

Édito

Depuis des mois, les travailleurs et les travailleuses de tous les secteurs professionnels se mobilisent pour obtenir des augmentations générales de salaire. L’inflation galopante touche de plus en plus toutes les familles qui redoutent l’hiver et les factures d’énergie, voient le prix de l’alimentation, des produits de première nécessité ou des carburants exploser. Pourtant, le gouvernement ne répond aux urgences sociales et à la montée des inégalités que par des mesurettes inefficaces à l’image de la loi sur le pouvoir d’achat. Il poursuit même ses projets de régression sociale en matière de droit au chômage et de report de l’âge de départ à la retraite. Les entreprises touchent de plus en plus d’aides publiques – leur montant est estimé à plus de 157 milliards d’euros cette année. Les grandes entreprises, à l’image de TotalEnergies, versent toujours plus de dividendes à leurs actionnaires. Gouvernement et Medef, main dans la main, s’en prennent même au droit fondamental de grève et aux libertés publiques avec les réquisitions de salarié·es face aux grèves majoritaires dans des raffineries. Les travailleur·ses engagé·es dans les mouvements sociaux restent déterminé·es. Seules les mobilisations par la grève dans les entreprises ou les services obligent ces dernières à ouvrir des négociations. Beaucoup de secteurs obtiennent d’ailleurs de belles avancées salariales grâce à ces rapports de force.

Augmenter les salaires est essentiel pour obtenir de bonnes retraites à 60 ans. La hausse générale des salaires, c’est plus de cotisations pour la Sécurité sociale. C’est donc des moyens supplémentaires pour soigner, éduquer les enfants, être protégé·es en cas d’accidents du travail et de maladies professionnelles, de handicap. C’est aussi mieux vivre et vieillir à la retraite. Face au projet de réforme des retraites injuste et rejetée par la très grande majorité de la population, la CGT porte des propositions alternatives finançables avec une autre répartition des richesses. Afin de lutter et de gagner, il faut s’unir, s’organiser pour agir collectivement. C’est la force qu’on se donne en se syndiquant. C’est aussi voter, pour donner du poids au syndicat – notamment dans les négociations – et pour de bons accords, votons CGT lors des prochaines élections professionnelles. Défendre de bonnes retraites à 60 ans et plus tôt pour tous les métiers pénibles. Obtenir des augmentations de salaires, du Smic et l’indexation automatique de tous les niveaux de rémunération sur le coût de la vie. C’est urgent et c’est possible tout de suite !